Laurence MOSCARDININative de Normandie, je suis arrivée en Dordogne en 1984, suite à l'achat d'un commerce sur Bergerac par mon père. Mon baccalauréat en poche en 1989, j'ai obtenu après un DEUG en Lettres classiques à la Sorbonne à Paris. Obligée de financer mes études, j'ai eu l'opportunité de travailler dans le milieu de la publicité. Je me suis donc dirigée ensuite vers des métiers liés au commercial.

Puis j'ai rencontré mon époux François, natif de Couze et Saint-Front avec qui je suis mariée depuis 24 ans. Après de multiples voyages (Paris, Bordeaux, Etats-Unis et Nantes), nous sommes rentrés à Couze en 2005 pour raisons familiales avec nos deux filles qui ont aujourd’hui 15 et 21 ans.

Etant ingénieure commerciale , j'ai subi un très grave accident de voiture et il a fallu que je me reconvertisse professionnellement. Je suis donc partie faire une école de fleuristerie à Angers et j'ai racheté le fond de commerce ainsi que les murs de la boutique de fleurs de Port-de-Couze à Lalinde en 2008 où je suis devenue artisane fleuriste.

Par la suite, j'ai été élue au bureau de la Chambre des métiers de la Dordogne pendant 6 ans. Cette expérience m'a permise de mieux appréhender le monde artisanal et économique de notre département, et plus particulièrement du bassin lindois et du bergeracois, territoire dont j'avais la charge.

Lors de mes fonctions à la Chambre des métiers, nous avions créé l'association Femme de l'Artisanat et même un concours « Trophée Femme de l'artisanat ». Je combats au quotidien pour la promotion de la femme dans le monde artisanal afin de lui redonner une place équitable dans le milieu professionnel, qu’elle soit chef d'entreprise ou surtout conjointe collaboratrice. Je souhaite que les femmes aient la visibilité et l'existence légale qui leur revient de plein droit.

Mon combat principal c'est le lien social et le vivre ensemble. Ma boutique en plus d'être un commerce est pour moi un outil de lien social, d'écoute et de proximité humaine.

S’agissant de ma participation à la vie locale,  j'ai été présidente de l'Amicale Laïque de Couze pendant 5 ans et nous avons participé au Comité de jumelage des Linden européen avec ma famille. Lors des différentes manifestations lindoises, j'ai pu proposer du fleurissement à titre gracieux sous forme de compositions florales et de grand décor.

Lorsque je suis arrivée à Port-de- Couze en 2008, l'ambiance commerciale n'était pas très porteuse ni fédératrice. Le taux de fréquentation était relativement bas. Mon expérience professionnelle en tant qu'ingénieur commerciale m'a tout de suite fait sentir le potentiel de ce bourg qui est aussi une porte d'entrée dans le pays des bastides. J'ai amorcé le changement d'identité de Port-de- Couze avec l'idée de mettre en place une boutique de producteurs en achetant l'immeuble, dont je suis propriétaire aujourd’hui.  L'idée de fond reste de créer un pôle commercial dans lequel soit présent l'artisanat, le commerce et le monde agricole et de donner aux habitants une proposition commerciale qualitative et quantitative avec maintenant 9 commerces.

Me présenter en tant que conseillère municipale de mon village me permet une continuité dans mon action, dans ce qui m'anime et qui est dans la logique de mon engagement. J’essaie de porter mes valeurs humaines et mes convictions au sein du conseil municipal. Après 6 ans de mandature, je me représente car j'apprécie Christine Vergez et l'ensemble de cette équipe, qui est pour moi  jeune, active professionnellement, donc dans le réel, volontaire et réfléchie dans ses paroles et ses actes. Et pour moi, c'est l'équipe idéale, hétéroclite mais chacun avec une identité forte.