Levons les doutes et énonçons les faits car on ne peut pas laisser dire ou penser n’importe quoi.

Christian Bourrier n’a pas réussi à fédérer pour repartir sur un second mandat de maire ; il n’est pas parvenu à rassembler autour de lui les 18 conseillers municipaux qui l’ont servi loyalement pendant ces six dernières années malgré les inévitables désaccords internes, et tout cela sans jamais ne rien laisser transparaître. D’où l’étonnement de certains aujourd’hui.

Aucun départ volontaire n’a été constaté pendant le mandat, c’est la preuve du soutien indéfectible apporté par les élus de la majorité à leur maire et de leur volonté de mener à bien, à son terme et en toute responsabilité, le mandat qui leur a été confié. On ne peut évidemment pas en dire autant devant l’hécatombe sur les 5 sièges que comptait l’opposition : 2 démissions et un conseiller lassé d’une opposition systématique qui rejoint constructivement  la majorité.

Bien qu’affairé à préparer une liste depuis au moins un an, Christian Bourrier annonce le 23 octobre 2019 devant sa majorité qu’il renonce à se présenter et qu’il s’engage à ne pas entraver l’alternative proposée par sa 1ère adjointe, à qui il transmet même la liste des personnes qu’il avait contactées. En quelques semaines, Christine Vergez a su rassembler autour d’elle 11 conseillers municipaux et a même le soutien de 5 autres qui eux ne souhaitent simplement pas repartir. De la majorité, il ne reste que le maire et 2 conseillers, Guy Raimbault qui avait annoncé le 29 avril 2019 qu’il ne souhaitait pas repartir pour raison de santé, y compris avec le maire sortant et enfin, Serge Hendrickx, qui dans un premier temps a spontanément adhéré à la proposition de Christine Vergez puis, le 27 octobre, jour où il a appris qu’il ne serait plus adjoint, il a simplement abandonné.

Il ne s’agit donc pas d’un complot mais d’une décision salvatrice afin de ne pas laisser le champ libre à des membres de l’opposition qui n’ont été capable de présenter en 6 années d’exercice qu’un seul projet, celui de poulaillers dans les écoles, et encore sur la bonne idée d’une conseillère qui a depuis démissionné en 2016.

Plusieurs propositions ont été faites à Christian Bourrier afin qu’il puisse sortir par le haut de cette situation; une place d’adjoint au maire, une place de vice-président à  la CCBDP, en vain... Après avoir été maire il n’envisage pas qu’on puisse lui proposer « un poste de balayeur » écrit-il.

Tout au long de ce mandat nous nous sommes énormément investis au quotidien, beaucoup de projets ont été initiés et réalisés, notamment par ceux qui souhaitent aujourd’hui soutenir la candidature de Christine VERGEZ qui a su fédérer autour d’elle. Les finances municipales maintenant restaurées nous permettront de poursuivre la revitalisation de Lalinde et surtout de ses trois autres centre-bourg. (Bientôt, la suite à ce sujet…)

 

YKFJeT5O

logo